augmentation-salaire

10 bons conseils pour bien négocier son augmentation salariale

Cela fait plusieurs mois/années que vous vous investissez dans votre travail et que votre salaire n’est pas à la hauteur de votre performance accomplie. Il est essentiel de respecter certaines règles pour optimiser votre demande et éviter des pièges dans lesquels tombent encore de nombreux salariés.

1.Analysez votre salaire de manière réaliste

Je vous invite dans un premier temps à réaliser une veille sur les salaires pratiqués compte tenu du secteur d’activité, de la taille de l’entreprise, de la région, de l’expérience,  de l’ancienneté, du niveau de responsabilités ou encore de la tranche d’âge.

Afin de mieux vous situer sur le marché du travail :

  • Renseignez-vous sur les salaires actuels de vos collègues qui occupent un poste similaire ;
  • Référez-vous aux études de rémunérations des cabinets de recrutements mis à disposition ;
  • Cherchez dans la presse ou sur Internet des offres d’emploi pour un poste identique et les rémunérations proposées par les autres entreprises implantées dans la même zone géographique.

Vous pouvez également faire des simulations en ligne pour évaluer et comparer votre rémunération :

http://www.juritravail.com/salaire.html  –  http://www.suisjebienpaye.fr/

2.Tenez compte du contexte de l’entreprise

Il est impératif de vous informer sur la santé de votre entreprise et savoir par exemple : s’il y a de nouveaux contrats en cours, des investissements machines, des restrictions budgétaires ou des licenciements de prévus dans l’année à venir. Ces éléments sont à intégrer pour avancer une demande réaliste.

3.Fixez-vous une fourchette de revenu à atteindre

Il est préférable de se fixer une fourchette de revenu à atteindre plutôt qu’un montant précis de rémunération. En effet, vous pouvez négocier sur des avantages annexes comme l’attribution d’un smartphone, un ordinateur portable, une voiture de fonction, une carte essence, des congés supplémentaires, un aménagement des horaires, des jours de télétravail, un bonus ou une prime, des stocks options, la hausse de la cotisation à une caisse de retraite, le financement d’une formation,… Calculez bien ! C’est parfois plus intéressant financièrement qu’une augmentation de salaire.

4.Choisissez le moment propice

Renseignez-vous, s’il y  a un usage en matière de politique d’augmentation ou une période propice à la demande. Dans certaines situations, vous pouvez saisir l’opportunité de demander une revalorisation à la fin d’un projet, d’une mission, avant une promotion, lors de nouvelles prises de responsabilités ou en le justifiant par rapport à votre date d’arrivée dans l’entreprise.

5.Sollicitez un RDV formel

Prenez un RDV avec votre manager direct en privilégiant une période dans laquelle il se trouve dans de bonnes conditions et éviter ainsi  les périodes de rush ou de rapports momentanément difficiles. Je vous préconise d’éviter d’annoncer d’emblée votre objectif final « augmentation de revenu » mais formuler votre demande de la manière suivante :

« Je souhaite vous rencontrer afin de faire le point sur ma situation professionnelle, à quel moment est-ce envisageable ? »

6.Préparez des arguments convaincants

Il est essentiel de prouver votre compétence en vous référant à des éléments factuels, qualitatifs et quantitatifs sur une période de 6 mois écoulée. Vous devez être en mesure de mettre en avant la valeur ajoutée de votre travail en termes d’augmentation de gains, de réalisation d’objectifs au-delà des attentes, d’économie d’échelle, d’évitement d’erreurs, d’amélioration de la qualité, de la satisfaction clients, de prise d’initiatives ou de responsabilités supplémentaires, etc.

7.Adoptez la bonne posture en entretien

En toute circonstance, soyez souriant(e) et calme. Vous devez rester positif(ve) et faire preuve de diplomatie et de flexibilité, ce sera le meilleur moyen d’arriver à une possible négociation.

Soyez convaincu(e) si vous voulez convaincre ; préparez-vous mentalement pour y aller dans un état d’esprit positif.

Evitez toute attitude conflictuelle ou agressive et employez votre énergie pour trouver une entente.

8.Structurez votre demande de manière pertinente

Remerciez votre manager de vous recevoir et commencez par parler de vos atouts, de vos réussites et succès en vous appuyant sur des éléments factuels, chiffrés et dans le temps.

Mettez en avant votre ancienneté, vos initiatives, les gains réalisés pour la société, vos heures supplémentaires et les nouvelles responsabilités, votre satisfaction générale, vos motivations.

Pour introduire la négociation de revenus et asseoir votre demande, expliquez comment vous allez être meilleur(e) dans l’année à venir en termes de performance. Réfléchissez également sur les propositions d’amélioration continue à suggérer sur le fonctionnement de l’équipe, l’organisation de travail, la qualité etc.

9.Conclure l’entretien

Vous pouvez rencontrer trois scénarios possibles :

  • En cas d’acceptation

Remerciez votre manager de l’effort reconnu dans votre travail.

Proposez un RDV dans 6 mois pour faire le point sur vos engagements et montrer votre fiabilité.

  • En cas de refus

Identifiez les causes de cette décision en cernant si votre manager ne veut pas ou ne peut pas vous augmenter.

Evitez de prendre des décisions hâtives et posez-vous la question si cette augmentation est cruciale pour conserver votre niveau de motivation ?

Fixez une date ultérieure pour en discuter à nouveau.

  • En cas de délai de réflexion

Proposez à votre manager une autre entrevue pour connaître la décision finale.

Enfin, quelle que soit l’issue de la discussion, ayez la courtoisie de remercier votre manager d’avoir pris la peine et le temps d’analyser votre situation car un tel “état des lieux” peut servir à vous faire progresser, sans que nécessairement cela ne débouche sur une augmentation salariale.

10.Quelques pièges à éviter

Eviter de vous comparer avec d’autres salariés en parlant de leur rémunération actuelle ou leur manque d’efficacité – Cette stratégie est vouée à l’échec, la négociation se fait entre vous et l’entreprise.

Evitez les ultimatums : « soit je suis augmenté(e) ou soit je démissionne » –  C’est une attitude agressive et mal perçue

Etre trop sûr(e) de vous  – C’est une attitude qui ne favorise pas un dialogue constructif et qui engendre un rapport de force avec votre interlocuteur.

Evitez de parler de votre vie privée en évoquant, par exemple : «  je suis en cours de  divorce », « je suis endetté(e) » – Mettez en avant uniquement l’aspect professionnel

Evitez le chantage : « pour garder ma motivation, j’ai besoin d’une revalorisation de salaire » ou bien « si je n’ai pas d’augmentation, je vais perdre ma motivation » et l’affect « Je serais tellement heureux(se) d’avoir cette augmentation ». Cette approche conduira à un refus de la part de votre manager.

Exigez une réponse immédiate – Il n’est pas seul décisionnaire même s’il trouve votre demande recevable. Remerciez-le de l’intérêt qu’il porte à votre demande.

Evitez d’avoir une certaine méfiance vis-à-vis de votre interlocuteur en précisant « Qu’est-ce qui me prouve que je serai augmenté(e) dans 3 mois ? ” !

 

 

Retrouvez tous les conseils de Corinne Souissi dans son livre :
Le recrutement gagnant-gagnant

livre-corinne-souissi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


1 + four =