Formation

Managers, il est temps d’actualiser vos compétences !

5min 13 Jan 2021

Voici 5 compétences de management et de leadership à maîtriser en 2021  

Malgré tous les bénéfices apportés par la technologie  notamment en permettant aux équipes de continuer à collaborer à distance cette année  celle-ci a également révélé de nouveaux challenges autours des soft skills. Les managers ont dû s’attaquer de front à ce problème.  

De nombreux changements s’opèrent sur nos façons de travailler, de communiquer et d’interagirLe monde virtuel exige de nouvelles compétences en matière de leadership et de management. Les meilleures pratiques de collaboration et de communication opérées jusqu’à présent n’ont tout simplement pas le même impact lorsque les managers et leurs équipes sont à distance. 

Les managers doivent aujourd’hui posséder les compétences clés pour gérer, encadrer et motiver à distanceLes soft skills sont leurs meilleurs atouts afin d‘aider leurs équipes à se préparer aux nombreux défis et opportunités qui les attendentCelles-ci leur permettront également de libérer leur véritable potentiel. Ainsi, chaque collaborateur pourra jouer un rôle précieux dans la transformation de l’ensemble de leur organisation.   

 

Que sont les soft skills ?  

Avant d’aller plus loin, voici une définition des soft skills :   

 “Les soft skills sont des traits de caractère et des compétences interpersonnelles qui caractérisent les relations d’une personne avec d’autres personnes. Sur le lieu de travail, celles-ci sont considérées comme un complément aux “hard skills“, qui font référence aux connaissances et aux compétences professionnelles d’une personne. Les soft skills sont étroitement liées à la personnalité des individus. En tant que telles, elles englobent les traits de caractère qui déterminent la qualité de l’interaction avec les autres”.   

Contrairement aux compétences dites hards” ou “techniques” qui qualifient la capacité d’une personne à effectuer un travail spécifique, les compétences “soft“, constituent le quotient émotionnel » (QE) d’une personne. À vrai dire, nombre de ces compétences existent déjà en nous. Bien que liées aux traits de caractère, les softs skills peuvent s’apprendre. D’ailleurs leur apprentissage ne se fait pas de manière ponctuelle.  Personne ne se contente d’apprendre une compétence non technique pour ensuite la classer en lieu sûr. Au fur et à mesure que nous progressons dans notre carrière et que nous sommes confrontés à de nouveaux défis professionnels et personnels, nous devons continuellement adapter nos aptitudes, nos compétences et nos connaissances pour répondre aux besoins et aux attentes d’un environnement de travail en constante évolution.   

Cela a été particulièrement le cas depuis la pandémie de COVID-19. Les dirigeants, les cadres et les collaborateurs du monde entier ont connu un changement inédit dans leur vie quotidienne. Les compétences et les meilleures pratiques qui auraient pu suffire lorsque nous nous rendions au bureau ont soudain dû être réexaminées. Cela s’applique tout particulièrement aux managers qui ont dû changer assez rapidement leur approche. Pour beaucoup, cela implique l’apprentissage d’un ensemble de compétences nouvelles, nécessaires à une collaboration désormais virtuelle et en période de crise.   

 

soft skills essentielles pour la réussite des managers  

L’année 2020 nous a beaucoup enseigné à travers ses bouleversements. Nous avons tous réalisé l’importance des soft skillsapprendre à devenir plus flexible, plus patient ou plus attentif dans un contexte d’incertitude et de changement constant. Nous avons sélectionné pour vous celles qui se placent en tête de liste :   

  • L’écoute active

« l’écoute active consiste à écouter l’autre attentivement et de façon non directive, instaurer confiance, respect et empathie avec son interlocuteur afin que ce dernier s’exprime en toute liberté, sans crainte de jugement hâtif et sans pression ». C’est également : « être capable de focaliser toute son attention sur l’autre pour saisir chaque bribe du message transmis, que ce soit verbal ou non verbal ». Cette compétence, qui constituait déjà un défi pour certains, est devenue une opportunité plus difficile à relever, car toutes nos relations sont devenues 100% digitale cette année.   

Tout d’abord, la communication à travers les outils digitaux nécessite un effort conscient pour éloigner les distractions. Dans une conversation au bureau, vous ne seriez pas en train de faire plusieurs choses à la fois, comme par exemple répondre à vos emails, regarder les notifications sur les réseaux sociaux… Il est plus facile de donner à vos collaborateurtoute votre attention.  

De plus, pour communiquer dans un environnement digital, les managers doivent être beaucoup plus attentifs aux signaux non verbaux, comme le langage corporel et le ton de la voix. Cela peut facilement être négligé par écrans interposés.   

Enfin, l’écoute active consiste à être accessible au moment où votre équipe en a le plus besoin. Vous n’êtes pas obligé d’avoir toutes les réponses. Vous devez simplement créer un espace sûr et ouvert où vos collaborateurs peuvent partager ce qu’ils ont en tête, notamment en exprimant leurs frustrations liées à la pandémie. L’écoute de leurs besoins vous donnera un aperçu de la manière dont vous pouvez soutenir leur réussite et les aider à surmonter les difficultés qu’ils peuvent rencontrer.   

 

  • L’empathie

« L’empathie est la reconnaissance et la compréhension des sentiments et des émotions d’un autre individu. Dans le langage courant, le phénomène d’empathie est souvent illustré par l’expression « se mettre à la place de l’autre ». Pour certaines personnes, l’empathie vient naturellement. Pour d’autres, il faut beaucoup de pratique. Dans un contexte professionnel, ce dernier point peut étonner dans un premier temps car l’empathie est une attention portée au personnel 

En effetnous avons appris, pendant des années, l’importance de fixer des limites séparant le personnel du professionnel. Bien que cela soit certainement important dans un certain nombre de circonstances, être capable d’établir des relations avec vos collaborateurs et collègues à un niveau humain est essentiel. Essentiel pour avoir un impact dans l’environnement de travail actuel en constante évolution, qu’il soit virtuel ou au bureau.   

Il est particulièrement important, en période de crise ou de changements profonds, d’apprendre à être compréhensif. Les managers doivent accorder de l’importance au bien-être de leurs équipes. L’empathie est une force, un signe de confiance et d’acceptation de sa vulnérabilité. Les collaborateurs peuvent être amenés à quitter leur emploi à cause de la relation qu’ils ont avec leur manager. Ces derniers doivent donc utiliser lempathie pour garder leurs collaborateurs au profit d’une autre entreprise.  

 

  • La communication

Une communication efficace au niveau de la direction est essentielle pour guider les équipes et maintenir le moral des collaborateurs en période de perturbations et d’incertitudes“. Ce qui est devenu très clair au cours de l’année écoulée, c’est que les collaborateurs se tournent vers leurs managers pour obtenir des réponses qu’ils n’obtiennent peut-être pas (clairement) ailleurs. Tout comme vous, ils essaient de trouver comment s’adapter et s’épanouir, même si les planètes ne semblent pas alignées. Les managers n’ont pas toujours toutes les réponses. Cependant, ils doivent à leurs équipes de maintenir une communication permanente et transparente à tout moment même si c’est pour dire : « je ne sais pas »C’est non seulement une façon de rassurer sur le fait que vous êtes là pour les aider et les soutenir, mais aussi de les maintenir concentrés sur les objectifs et priorités.   

 

  • La collaboration

« Littéralement, la collaboration correspond à l’acte de travailler ou de réfléchir ensemble pour atteindre un objectif. C’est un mode de travail où la communication entre les membres d’une équipe est essentielle. La collaboration au travail augmente le pourcentage de réussite des projets car les collaborateurs travaillent ensemble à la résolution de problèmes. C’est à la fois une manière de travailler mais aussi une réelle attitude à avoir : partager ses idées, travailler à plusieurs, etc. ». La collaboration est de facto plus complexe lorsque les collaborateurs sont à distance. Heureusement, de nombreux avantages en découlent, notamment l’amélioration des relations au sein de l’équipe, la rationalisation des processus et l’augmentation de la productivité et de l’efficacité.   

La collaboration est également un moyen éprouvé d’inciter chaque collaborateur à avoir un impact et à innover à différentes échelles : individuellesen équipe et entreprise. Mais il ne s’agit pas seulement d’encourager votre équipe à travailler ensemble pour résoudre les problèmes. La collaboration est une compétence comme une autre et, pour que les équipes réussissent, il faut que les managers démontrent leur « capacité à respecter et à faire respecter un ensemble de règles qui définissent le cadre de la collaboration ».  

 

  • L’agilité d’apprentissage

L’agilité d’apprentissage est ce qui nous permet « d’apprendre quelque chose de nouveau en un seul endroit, puis d’appliquer ce que nous avons appris ailleurs, dans une situation totalement différente. C’est notre capacité à apprendre, à nous adapter, à désapprendre et à réapprendre pour nous adapter à des conditions en constante évolution ». Tout comme les autres soft skills, l’agilité d’apprentissage est véritablement un état d’esprit. Elle exige des dirigeants et des managers qu’ils soient ouverts à l’apprentissage et à l’expérimentation de nouvelles approches. Le but ? Obtenir de nouveaux résultats – même si ces tests n’aboutissent pas. Il s’agit de se concentrer sur l’avenir et d’abandonner les réflexes tels que “les choses ont toujours été comme ça”. Et si l’apprentissage de l’agilité, comme la collaboration, est pluriel dans ses aspects (agilité mentale, des personnes, du changement, des résultats et la conscience de soi) chacun de ces aspects accentue différentes soft skillsEdevenant un apprenant agile, il vous sera plus aisé de maîtriser toutes les softs skills.   

 

 

Comme le dit l’inventeur américain Charles F. Kettering, « S’il était possible de quitter un navire lors d’un orage, personne n’aurait jamais traversé l’océan ». Telle devrait être notre approche afin d’acquérir de nouvelles compétences qui non seulement nous perfectionneront dans l’exercice de nos fonctions, mais nous prépareront également aux nombreux autres défis professionnels qui nous attendent. Cette liste de soft skills n’est en aucun cas exhaustive. Elle représente tout de même un bon début pour, en tant que manager, vous préparer à ce qui vous attend en 2021 ainsi que les années à venir probablement. N’oubliez pas que si ces compétences sont essentielles pour diriger une équipe performante et efficace, elles constituent également un investissement dans votre propre développement professionnel et personnel à long terme.  

Pour en savoir plus sur les principales tendances que nous prévoyons pour 2021, n’oubliez pas de télécharger notre dernier eBook “Tendances RH 2021, ce qui se dessine au milieu du chaos ». 


 

copier dans le presse-papier
Fermer